banner

FATIGUÉ? PRATIQUEZ LA TURBOSIESTE COMME ...

Denis Martin

Chef étoilé de la gastronomie moléculaire

Lors de mes fréquents voyages à l'étranger pour présenter des shows culinaires ou des banquets à 4 mains, je rentre en Suisse fatigué avec le décalage horaire comme complice.
Fan de moto, je n'attends que le moment d'arriver à l'aéroport pour enfourcher ma maîtresse à deux roues, c'est pour cette raison que la turbosieste que je pratique soit dans l'avion soit dans les aéroports est ma protection naturelle. Je la conseille, c'est le moteur de notre vie."

testimonials Denis Martin

Mathias Reynard

Conseiller national PS

"Avec mon engagement politique, je dois bien souvent parcourir en voiture les différentes régions de mon canton du Valais. Il m’arrive ainsi parfois de rentrer tard et un peu fatigué. Je sais que les vieilles techniques pour rester éveillé ont leurs limites: boire un café bien fort, baisser les vitres de la voiture, se concentrer sur une émission de radio ou encore mettre de la musique à fond et chanter. Par conséquent, lorsque la fatigue devient trop forte, la turbosieste est un réflexe que l’on doit prendre. Et nous aussi les jeunes!"

testimonials Mathias Reynard

Ignazio Cassis

Médecin et conseiller national

"C'était il y a une trentaine d'années, mais je m'en souviens comme si c'était hier. Un samedi soir, vers 1 heure du matin, je rentrais chez moi après une fête entre amis. J'avais supplié mon père de me prêter sa belle voiture neuve. Il n'y était pas très favorable mais, finalement, j'ai eu gain de cause. Je n'avais pas bu d'alcool, par peur d'avoir des ennuis sur la route.

Sur l'autoroute, un premier épisode de somnolence m'effraye. Je baisse la vitre, convaincu qu'un peu d'air frais me réveillera. Et j'augmente le volume de la musique. Je me calme. Quelques minutes plus tard, sur un long tronçon droit de route cantonale, un bruit assourdissant me réveille d'un coup. Mon cœur s'emballe, l'adrénaline prend l'ascenseur et … le côté droit de la voiture est détruit. Je m'étais assoupi un court instant et la voiture avait heurté le mur routier de ce long tronçon rectiligne. Heureusement, pas de blessé, mais des dégâts matériels importants. Je vous laisse imaginer la réaction de mon père…

J'ai compris la leçon – au prix fort! La fatigue au volant menace la sécurité routière. J'étais entièrement responsable et j'ai dû assumer. Si j'avais déjà entendu parler de turbosieste, j'aurais su quoi faire!"

testimonials ignazio cassis

Patrick Croci

Responsable sécurité pour les cantons romands et le Tessin chez CRH Swiss Distribution, Vevey

"Nous avons utilisé les moyens de communication proposés par le bpa et créé une zone de turbosieste. Nous avons ainsi pu clairement communiquer qu’une courte sieste est le seul moyen efficace pour lutter contre la fatigue au volant et qu’un café n’est qu’un soutien temporaire en complément à une sieste. L’écho de nos collaborateurs, dont la majorité sont des chauffeurs, a été très positif."

testimonials patrick croci

J.-M. Richard

Animateur RTS

"Avec mon camping-car, en matière de turbosieste, je suis un adepte privilégié! Le matin, je me lève en général vers 5h30 – 6h; du coup, la fatigue se fait sentir en début d'après-midi. Je m'arrête, vais parfois faire un peu de marche rapide et m'accorde ensuite une petite sieste. C'est une philosophie de vie: avec ce bref moment de répit, je prends le temps d'écouter mon corps et de m'accorder une pause dans le stress du quotidien.
Ces 4 dernières années, j'ai parcouru 250'000 km avec mon camping-car. Pour moi, l'excès d'alcool et la fatigue sont les deux plus grands ennemis de la sécurité routière. Raison pour laquelle je ne bois jamais quand je conduis. Quant à la fatigue, il ne faut pas se leurrer: elle finit toujours par être la plus forte."

testimonials jean-marc richard

Aileen Ryan

Maman

"Je tiens à témoigner car ma vie a basculé en été 2012. Ce soir-là, j’ai failli laisser mes deux enfants orphelins. Ce que je croyais impossible m’est arrivé: je me suis endormie au volant. Conductrice consciencieuse et respectueuse de la loi, jamais je n’aurais pris le volant si j'avais pensé prendre un risque. Mais après une demi-heure de route, j’ai senti un coup de fatigue, les paupières lourdes, les yeux qui brûlaient. J’ai songé à m’arrêter pour prendre l’air ou faire une turbosieste mais j’étais seule, il faisait nuit et la route était isolée. Je me suis dit que je n’étais qu’à 15 minutes de la maison et que je pourrais tenir le coup alors j’ai décidé de continuer ma route. Grosse erreur. Je me suis réveillée dans ma voiture éventrée et fumante après avoir heurté un candélabre. J’ai dû avoir une bonne étoile pour m’en sortir. Ça me fait encore froid dans le dos. Chers automobilistes, ne sous-estimer JAMAIS les dangers de la fatigue au volant. FAITES UNE TURBOSIESTE dès les premiers signes de fatigue. Vous n’aurez peut-être pas une deuxième chance... J’ai quant à moi écopé d’un retrait de permis minimum de 3 mois au sens de l’art. 16c LCR."

testimonials Aileen Ryan

Thomas Weiler

Responsable de secteur Thérapie à domicile, Ligue pulmonaire suisse

"Qui ronfle la nuit et se sent épuisé la journée devrait consulter son médecin de famille pour voir s’il s’agit des apnées du sommeil. Les arrêts respiratoires nocturnes et la fatigue diurne peuvent provoquer des accidents en raison d’accès de micro-sommeil ou engendrer à la longue des pathologies cardiovasculaires. Un traitement bien ciblé permet le plus souvent une rapide amélioration. Et, en règle générale, il n’y a dès lors plus de risques à conduire un véhicule."

testimonials thomas weiler

Jacques Cornu

"Jeune, fougueux, téméraire et inconsient. Lorsque je roulais jour et nuit à travers toute l’Europe pour mes courses, plus d’une fois le choc d’une glissière ou d’une plate-bande m’a réveillé. Que de chance pour moi et pour les autres usagers de la route. Aujourd’hui, cela ne pourrait plus arriver car je sais à quel point on s’endort vite dès que les premiers symptômes apparaissent (paupières lourdes,...). Je suis certain qu’ à l’époque une turbosieste aurait été la bienvenue et je suis maintenant convaincu des bienfaits."

testimonials jacques cornu

Darius Rochebin

RTS

"ll y a quelques années, j’ai failli me tuer une fois en voiture. Je me suis endormi et lorsque je me suis réveillé ma voiture frottait contre la glissière de sécurité et était ouverte comme une boîte de conserve. Il était deux heures du matin et j’avais tout essayé pour ne pas m’endormir: ouvrir la fenêtre, boire du café et chanter très fort. Mais cela n’a pas suffi. D’où l’importance de la turbosieste".

testimonials darius rochebin

Leonilde G.

Membre de Nez Rouge, Fribourg.

"En tant que promotrice en magasin, je travaille souvent à une distance éloignée de mon domicile. En été, alors qu'à l'extérieur, la chaleur est parfois étouffante, la température est d'environ 18° dans les grandes surfaces climatisées. Il m'est arrivé de me mettre au volant de ma voiture après une journée harassante et d'être littéralement abattue par la chaleur et la fatigue. Au point de m'assoupir une fois dans un tunnel dans la région d'Yverdon. Par chance, j'ai rouvert les yeux et me suis aperçue de ce qui m'était arrivé. Depuis, je pratique la Turbosieste. Avec mon mobile pour réveil, je ne risque pas de dormir trop longtemps. Et au moins, je mets toutes les chances de mon côté pour la suite du trajet!".

testimonials leonilde

Patrick Wittweiler

Country Operational Sustainability Manager de Coca-Cola HBC Suisse SA

"Totalement acquis chez Coca-Cola à l’importance de la sécurité au travail, nous avons organisé une « Drive Safely Week » afin d’encourager un comportement sûr de nos collaborateurs aussi dans la circulation routière. Nos 1200 collaborateurs, qui parcourent à eux seuls quelque 16 millions de kilomètres à titre professionnel par année en Suisse, ont été particulièrement ciblés par cette action. La fatigue au volant a été l’un des thèmes phares de cette semaine. Les zones de repos ont été p.ex. équipées de sièges au look de la campagne «turbosieste» et les accroche-porte ludiques ont été fort prisées par notre personnel. Nous avons aussi apprécié les informations détaillées en particulier pour les entreprises et personnes en route professionnellement sur www.turbosieste.ch. Une action sur ce thème sera à coup sûr reconduite!".

testimonials wettweiler

Philippe

Chauffeur de taxi

"Je suis chauffeur de taxi et travaille à des horaires irréguliers, parfois la nuit. Comme l'attente du client peut être longue, j'en profite pour piquer un petit somme lorsque je sens venir la fatigue. Ce d'autant que notre chef nous a mis un petit local à disposition, avec des lits. Je veille évidemment à ne pas tomber dans un sommeil profond, je mets le réveil, mais je m'allonge et me repose. C'est le meilleur moyen de repartir sur la route dans des conditions optimales".

testimonials taxi